Hommage à Ruben Blades

Ruben Blades
« ¡ Él que de último ríe, se ríe mejor ! »

Rubén Blades naquit le 16 Juillet 1948 à Panama. Ses deux parents étaient musiciens, sa mère Anolande pianiste et chanteuse, son père Rubén Père joueur de Bongos. Alors qu’il était à l’école en 1966, il devint vocaliste avec le groupe Conjunto Latino pour ensuite appartenir au groupe Los Salvajes del Ritmo jusqu’en 1969. En 1970, il s’envola pour New York où il enregistra « De Panamá a Nueva York » avec le groupe de l’ex-star du boogaloo Pete Rodríguez. Après avoir obtenu son diplôme de l’Université de Panama, il occupa le poste d’avocat pour la Banque Nationale de Panama.

En 1974, en visitant sa famille à Miami (ils s’y étaient installés en 1973), Rubén Blades s’envola à nouveau pour New York et trouva un emploi dans le service mailing du label Fania Records. Au moment où Tito Allen quitta le groupe de Ray Barretto en 1974, Rubén Blades fut recommendé auprès de Ray. Barretto lui fit un entretient dans le bureau de la Fania et l’embaucha. Au mois de Juillet, Rubén Blades apparut au Madison Square Garden avec le groupe. Rubén Blades joua avec Barretto (1975) et quand il se retira pour créer un groupe de fusion, Rubén Blades resta avec son ancien groupe (renommé Guarare) pour quelque temps. Il apparu aussi au début du Live de Barretto : Tomorrow (1976) par le nouveau groupe de Barretto.

Pendant ce temps, il composa et chanta les paroles du morceau « El Cazanguero » de The Good, the Bad, the Ugly (1975) de Willie Colón, qu’il avait déjà rencontré à Panama. Le morceau lui valut le prix du compositeur de l’année en 1976 d’après les sondages du magazine Latin New York. Il composa des morceaux de musique pour un bon nombre d’artistes pendant les années 70, dont : Ricardo Ray et Bobby Cruz, Ismael Miranda, Bobby Rodríguez y La Compañía, Cheo Feliciano, Conjunto Candela, Tito Rodríguez II, Tito Puente, Roberto Roena, Tito Gómez, Hector Lavoe et Pete ‘El Conde’ Rodríguez ; 12 enregistrements originaux de ses compositions par d’autres artistes furent ajoutées à l’album « Interpretan A Rubén Blades » (1981).

En 1976, il joignît la Fania All Stars et commença sa carrière avec eux en rendant hommage à Tito Rodríguez ; il continua en tant que membre jusqu’en 1980.

Trois ans auparavant, il chanta « Raza Latina » dans le studio de Larry Harlow. Le partenariat entre Rubén et Willie commença avec « Metiendo Mano » (1977). Ils travaillèrent en collaboration pour 4 autre albums: « ¡ Siembra ! » (1978) eu le disque d’or et fut considéré comme « la renaissance de la Salsa » ; Maestra Vida, double-album controversé (1980) y incorpora des éléments théatraux et reçu aussi le disque d’argent ; Canciones Del Solar De Los Aburridos (chansons de The Place Of Bored People, 1981) fut nominé au Grammy Award en 1983 ; et The Last Fight (1982) sortit en même temps que le film du même nom, dans lequel ils jouèrent tous les deux.

Jerry Masucci essaya de pénétrer dans l’industrie cinématographique grâce à « The Last Fight » mais cela se solda par un échec. En même temps, Rubén Blades jouait un rôle majeur dans le paiement des droits d’auteur au sein du label et on spéculait alors qu’il voulait réunir tous les artistes de la Fania en 1979. Ceci termina ainsi: Masucci vendit la Fania pour un million de dollars à une entreprise Argentine du nom de Valsyn et resta en relation étroite avec le label. Rubén Blades changea pour Elektra Records en 1984 et débuta par Buscando America, avec un sextet, Seis del Solar, qui substitua les synthétiseurs aux cuivres. Il se pencha ensuite sur le film à petit budget : Crossover Dreams (1985)et contribua à la composition de chansons pour la bande originale de l’album avant de faire son concert en Grande Bretagne, sa première avec son nouveau groupe Seis del Solar en 1986. Rubén Blades s’engagea dans une musique orientée Rock influencée de l’Anglais : Nothing But The Truth (1988), ce qui ne fut pas couronnée de succès. Il revint vers la musique traditionnelle chantée en langue espagnole, ce qui lui valut le prix du Grammy Award pour son album Antecedente (1988), sur lequel son nouveau groupe renommé « Son del Solar » s’agrémenta d’une section de trombone, et quelques nouveaux arrangements (par le pianiste Oscar Hernández et le bassiste Mike Viñas), rappelant son travail avec Willie Colón.

La plus grande contribution de Rubén Blades dans le monde de la Salsa s’est montrée en termes de qualité du contenu des paroles qu’il décrit de « journalisme musical » et de « chronique urbaine ». Il développa aussi une brillante carrière cinématographique dont : Critical Condition (avec Richard Prior, 1987), The Milagro Beanfield War (avec Robert Redford, 1988), The Lemon Sisters (avec Diane Keaton) et The Two Jakes (avec Jack Nicholson) ; ce fut le premier Latino à gagner un ACE (American Cable Excellence) prix award pour sa description d’un prisonnier dans le couloir de la mort dans Dead Man Out (1989) ; il composa aussi la musique pour le « Q And A » de Sidney Lumet. Quand il critiqua l’invasion de Panama par les États-Unis en 1990 Il provoqua une controverse dans le pays et fit naître le courroux chez sa mère ; en 1994, il termina second aux éléctions présidentielles de Panama. Sur le front musical, Rubén Blades fut relativement discrêt jusqu’à ce qu’il sorte en 1995 « La Rosa De Los Vientos ».

Willie Colón et Rubén Blades:
http://www.warr.org/colonblades.html

Voici une sélection des meilleurs morceaux de Rubén Blades.

Todos vuelven
4′ 26″
Suave
Pablo Pueblo
6′ 14″
Melancólico
Juan Pachanga
6′ 13″
Melancólico
Plástico
6′ 38″
Antimaterialista
Sin tu cariño
6′ 27″
Suave, poesía
Adios
4′ 57″
La palabra « Adios »
Paula C
6′ 22″
Amor a Paula C
Dime
6′ 54″
Triste
Pedro Navaja
7′ 21″
La muerte de un matador

Ruben Blades – Pedro Navaja

Ruben Blades – Amor y control

Vous aimerez aussi...