Réalités du Style dans la danse Swing

Remarques sur l’ article : danses et styles de swing
par Jean Yves ménard

Bon, j’ai pris le temps de lire consciencieusement la rubrique « danses et styles de swing » et voici mes remarques :

Je préciserais que la musique Boogie était d’abord pianistique seulement et c’est l’arrivée des big-bands qui a développé (un peu en parallèle en fait avec le boogie pianistique) un style swing très dansant (danse rendu possible de par la puissance des orchestres et la musique devenue écrite et répétitive et naissance du lindy), mélange de contre -temps accentués, du charleston etc. Puis les big-bands se sont emparé du style pianistique boogie pour en faire un boogie orchestré (et naissance alors de la danse boogie).
Le boogie n’est pas vraiment devenu le swing, il a continué la lancé du swing, swing étant alors devenu sinonyme de tout ce qui swingue, ( donc le swing big band du départ et sa suite), autrement dit le boogie c’est du swing mais le swing n’est pas du boogie (du moins pas seulement), c’est comme salsa en fait.
Tout comme le terme rock’n’roll qui n’est autre que le nouveau nom commercial introduit par la radio en 50 et désignant toute musique d’héritage swing (en même temps qu’une mode de vie) , de fait (histoire de faire une différence de génération) swing serait le nom de tout ce qui est avant 50 et rock le nom de tout ce qui est après 50 (même si c’est quasi la même structure swingante), après comme tout terme, ça se confond un peu si on ne précise pas clairement et selon certains rock (donc rock parisien pour ces certains à Paris) est swing et vice versa.
En même temps la danse à vécu et le lindy a cotoyé le boogie puis évolué en west coast , en be-bop et en rock (ou swing de cave si on préfère garder le nom swing, donc rock dans ce sens s’entend rock de cave et nom un ramassi général vu plus loin sous le nom rock de loisir).
Pour le jitterbug, je signale que sur certains sites Américains Jitterbug est un surnom (des radios, un peu comme fait pour le terme rock ou salsa) qui englobe tous ce qui swingue dont lindy et autre ..boogie…. mais effectivement pourrait correspondre à la date de naissance d’un lindy « blanchisé », qui n’aurait pas de nom propre, ce qui fait que selon les uns ou les autres on parle de jiter (sous entendu général représentant tout swing) ou de jitter (sous entendu le lindy « blanc »).
Pour le boogie, il semble incontesté que le train y soit mélé mais certains auteurs (dont des musicologues prestigieux) font plutôt état de passagers noirs clandestins cachés sur les essieux (les bogies) des trains…la musique est effectivement différente du swing traditionnel (et ça étaye ce que je dis au début par laquelle le boogie et le swing ont conceptuellement vus le jour en parallèle sans vraiment d’influence directe de l »un sur l’autre). Alors … thèse des noirs qui se « distrayaient » dans les trains, thèse des esclaves clandestins ….. (moi j’aurais compte tenu de l’époque, une préférence pour les clandestins mais je ne peux rien affirmer), il serait donc bien de proposer les deux thèses.
Certains auteurs indiquent aussi que c’est le jitterbug (sens surnom général ou lindy blanc ?) qui a provoqué le jive, d’autres disent que c’est le swing (sens général ou lindy d’origine ?) mais il ne s’agit que d’origine car on ne peut pas considérer boogie (ni lindy, ni 332 ni autre) comme étant appelé jive en GB, le jive est vraiment remodelé pour la danse sportive (et c’est ce que tu dis plus loin).
Le west cost swing semblerait selon certains textes et prof comme étant une des technique de base de ce que nos écoles enseignent sous le nom de rock (donc 332), ensuite c’est le style qui joue et je vois bien des centre dits de rock qui jouent assez droit et coulé (surtout ceux qui font du salon et donc du jive) avec des jeux de flirt sourires, caresses (moi le premier et je n’ai jamais fait de franc cours de west coast).
Le rock’n’roll… appelé CEROC, ah non non, là je ne peux pas cautionner ça, ni pour rock au sens large ni rock en appellation abusive d’un des styles. J’ai vu plusieurs publications de rock (couvrant du 332 au double même marché puis acro…) terminer par  » puis plus dernièrement un style Français.. le CEROC .. bla bla ». J’ai trouvé plein de sites Britanniques sur le CEROC (disant bien qu’il s’agit d’une évolution Française du rock) MAIS aucun site Français sur le CEROC (et je ne sais pas ce qu’est donc concrètement le CEROC).
D’accord pour le rock 4 temps mais je dirais que c’est plus une danse « vulgarisé » qu’une danse de rue, les rocks/swing lindy, boogie….voire du rock « 50 » sont des danses de rues (par opposition aux salons) et n’en sont pas pour autant aussi « n’importe quoi » que le rock « 4 temps ».
Quand on dit style, moi je pense que ça recouvre toute « manière » de danser , ludique/tonique.. fait partie du style (le style n’est pas synonime d’expression « élégante »).
Après tu dis bien que le nom de rock est devenu populaire en 55.. donc ça étaye mes premières remarques générales, là on introduit le terme rockabily (en fait rock « 55 ») que l’on considère souvent par défaut et abusivement rock tout court, puis le country (encore considéré rock tout court), puis …., bref tout s’appelle rock (comme pour salsa) y compris ensuite le swing ou boogie.
Et quand il est dit « French form with NO footwork » c’était peut être un style mais je vois moi plein de footworks sur les pistes.
Jive, ce n’est sûrement pas plus de la gym artistique que certaines façon de danser le rock (non Jive) dans certains endroits et je garanti que pour évoluer dans les figures complexes de rock, il faut sacrément s’y être préparé avec sa/son partenaire, et souvent d’ailleurs utilisés en exhibition ou concours (et pourtant ce n’est pas du Jive) avec le même objectif de plaire (c’est presque le lot de tout niveau avancé).
Un rockeur (ou swingueur) peut parfaitement danser avec un jiver (pour peu que chacun fasse l’effort de se limiter aux figures « socialement » exécutables), ça serait pareil entre 2 rockers ou 2 jivers qui ne se connaissent pas, et que veut dire rockeur-swingueur en vérité (puisque ça peut tout dire).

Et enfin tu abordes le terme rock de loisir, qui en fait correspond au rock tout style, terme qui me parait intéressant (mais peu diffusé) pour dire que c’est un mixte de tout les styles plus ou moins typé selon les acteurs, c’est en fait ce qu’on appelle finalement rock (tout court) et qu’on voit dans beaucoup d’écoles (styles assez indéfinis et plus ou moins ouvert), qui veut dire en fait que ce n’est pas du lindy pur ou du boogie pur ou du be-bop pur …. certains disent du rock-swing (ce qui n’est guère plus précis, mais « ça sous entend » qu’on apprend pas tout ce qui est arrivé après 55, pas de « rock marché » entre autres).

La danse appelée « rock’n’roll » n’existe pas aux USA, le mouvement rock existe bien sur, la musique aussi mais pas de danse libellée comme telle, ce sont les danses swing qui ont continué et leurs variantes West coast, East coast, …… , ce sont nous les Européens, les Français même plus exactement (car les britaniques utilisent les labels Jive, le Allemand le boogie) qui ont libellé ces danses importées par les GI (lindy , boogie and co) be bop puis rock, le rock/danse en question étant les swings and co exécutés par les Américains et singés pourrait-on dire par les Français (donc sans en connaitre vraiment le nom générique et appelé du nom de la musique support) , qui dit « singé » dit ressemblant mais pas forcément complet et fidèle, de plus interprétés pour s’adapter à nos caves de jazz (donc économe en place).
On ne danse pas « normalement » le Lindy, le boogie voire le jive (tel que « fidèle ») sur les parquets tassés, on danse du rock (ligne, distance minimale .., sous entendu social en fait) ou a défaut si on ne veut pas utiliser le vocable Français disons du swing social ou du lindy/boogie/jive adapté (à savoir en n’utilisant que ce qui peut utiliser une place au sol limité), le reste n’est qu’une question de style et chacun peut bien faire ce qu’il veut.
Donc quand on dit qu’on prend des cours de rock, ce n’est absolument pas précis chez nous, ça sous entend soit une des danses Américaines ou Anglaise qu’on n’appelle pas par son vrai nom (ou d’ailleurs un mélange total ou partiel), soit un des dérivé (ou plusieurs) de ses danses, total ou partiel, qu’on a adapté aux caves (la foule en fait). Bref, en France le rock (sous ce label)…… et la salsa .. même combat.
Apprenons d’abord aux élèves que ce qu’on va leur apprendre n’est pas indiscutable et qu’ils pourront trouver des partenaires (et tout aussi bon danseurs) de techniques quelque peu différentes tout aussi « académiques », la leur même si apprise par un maître de danse n’est pas forcément LA référence, surtout en domaine dit social.

Par ailleurs, il y a des danseurs de bon niveau de dit rock (et je dis bien rock, pas jive) qui font un rock super complet (un peu be-bop, triple et simple, des kicks des breaks, bref …du bon truc) et qui n’a rien à envier au jive sur le plan « spectaculaire » et « place au sol », la différence est principalement question de style c’est tout. Le problème c’est que ce rock n’est pas plus social que le jive et est parfois utilisé tel que dans certains lieux sociaux (c’est impressionnant mais exit le voisinnage)et même enseigné aussi tel que sans dire « attention » ça c’est la version plutot spectacle ou concours ou à défaut utilisable dans certains lieux adaptés, donc certains de ce style (que je qualifierai un peu « extreme ») soit emmerde les danseurs (et pourtant c’est bien exécuté) soit ne dansent pas dans les lieux sociaux (en se plaignant bien sur que c’est « nul, y’a pas de place »). En quelque sorte ces gens dansent bien (même plutôt mieux que les autres si on veut) mais ils se comportent finalement mal sur un parquet social, il se trouve que un bon danseur social c’est la combinaison d’une capacité technique et rythmique .. et d’un respect de ses camarades de piste (y compris sa/son partenaire), avec la capacité de s’adapter à toute piste, sinon c’est la direction unique vers le circuit sportif et spectacle, pourquoi pas mais je doute que tous les élèves soit là pour ça.
Et en général que je dis social, je ne dis pas « gigotage » (dancing, boites à touristes), je pense bien à des danseurs avertis, à des danseurs « académiques » mais en milieu public.

Voilà, désolé c’est un peu diffus comme remarques mais tout ce que je pouvais dire est dit.

Cordialement . /JY – Paris 28/06/2001

Vous aimerez aussi...