La danse orientale

Guide pour la danse orientale sur Paris

Leila Haddad bouscule les règles en ouvrant à la Danse Orientale la « Voie Royale » : Elle danse uniquement sur les scènes de ces nouveaux temples modernes, les théatres.
Elle a légitimé le terme de Danse Orientale, Raqs el Sharqi en arabe.
Elle chorégraphie différentes pièces en solo et pour sa Compagnie : « La Danse des 7 Voiles », « Aquarelles, « Zikrayat », « Sur les Traces des Ghawazee », « L’Orient d’une danseuse – Rèverie sur le Nil », « Rouh » et d’autres encore…. site Internet de Leila HADDAD
Au STUDIO HARMONIC
5, passage des Taillandiers 75011 Paris tél: 01 48 07 13 39

MAYODI

Danseur marocain né à Agadir, un professeur unique et de réputation notoire dans la danse orientale Association El Noujoum – Tél 01 43 57 12 22 – Fax 01 43 57 16 36 – Port 06 13 23 56 60

Compagnie El Hayet

OTTILIE préparait un diplôme pour l’enseignement de la danse lorsqu’elle découvre la danse orientale, il y a 15 ans. Depuis, elle s’y consacre entièrement à travers la scène et l’enseignement. Compagnie EL HAYET
Ottilie EUCHER
12, rue de Romainville
93100 MONTREUIL
Tel : 01 42 87 96 64
Port : 06 61 09 96 64
http://www.elhayet.com

Lolie sur Paris
Danseuse et professeur de danse orientale de talent …
Lolie Vernet-Senhadj

Danseuse, Chorégraphe,
Professeur de Danse Orientale

Tél. : 06 63 91 49 28 – contact@loliedanse.com

 

La danse orientale
La danse orientale égyptienne – dite « du ventre » – est originaire du Moyen-Orient et dansée dans presque tous les pays arabes depuis longtemps.
Cette danse, connue en Europe surtout par le biais des cabarets, a acquis une image très restrictive.
Et pourtant une autre approche moins conditionnée révèle autre chose qu’un aspect sexuel et aguichant.

Elle met, bien sûr, la féminité en valeur mais ceci peut être fait avec beaucoup de grâce et de distinction.

Elle apporte le sens du rythme, la souplesse, l’entrain et la gaieté.

Elle cache derrière ses mouvements sinueux une histoire qui, selon certains historiens, remonte à la nuit des temps, à l’époque ou l’on dansait pour les déesses dans les temples.

Actuellement, avec la propagation des cultures, elle quitte le cabaret et retient l’attention d’un nouveau public subjugué qui découvre une technique subtile, une musique variée, entraînante ou retenue, ponctuée de moments forts rythmiques donnés par les solos de percussion.
Ottilie Eucher

Vous aimerez aussi...