Histoire de la Salsa Cubaine

Les informations historiques suivantes viennent des enregistrements du Conjunto Folkórico Nacional De Cuba.
Elles peuvent être vérifiées par n’importe qui consulte les sections d’histoire et de musique de la bibliothèque de cette université. Je serai heureux de modifier des données de cette page si quelqu’ un m’ envoie un fait contrôlable contredisant quoi que ce soit sur cette page.

A propos du style musical de la salsa et du mambo.

Le modèle musical de la Salsa a été créé au moins 6 ans avant le Mambo.
La première référence cubaine au Style/mot musical de« Salsa » a été faite par Igancio Piñeiro en 1933 dans la chanson Echale Salsita.+. Igancio Piñeiro employait le terme (Salsa) pour indiquer le plaisir produit en entendant un certain nombre d’instruments joués et combinés harmonieusement. La bande d’Igancio Piñeiro a beaucoup joué le guajira, la rumba, le tango-Congo, les sons et les montunos. La Salsa a ainsi été créée à partir des modèles musicaux du « son ». Plusieurs airs de salsa d’ aujourd’hui y sont originaires du « son ».

Le Mambo a été créé la première fois par l’Israel Lopez  » Cachao  » et son frère Orestes Lopez en 1937. Le premier air de Mambo a été joué sur la radio en 1938. Ainsi, le Mambo a été créé à partir du danzón cubain. Orestes registre un copyright sur le Mambo en 1938. Les frères de Lopez faisaient partie d’ une bande nommée « La Maravilla del Siglo De Fernando Collazo », une bande de danzón à ce moment-là. Le Mambo n’était pas un modèle populaire pour les danseurs jusqu’à ce qu’ il subisse les influences américaines de jazz. « La Maravilla » a également flirté avec le rythme du « jitterbug » autour des années 40. Notons que ce n’est qu’après 1939 où que des lignes mélodiques répétitives ont été ajoutées, ce qui a permis aux danseurs de chorégraphier. «La Maravilla » a été une bande particulièrement active, qui a joué 365 jours par an pendant plusieurs années, parfois 2 ou 3 à raison de 2 ou 3 engagements par jour.

A propos des styles de danse.
La Salsa cubaine actuelle ne ressemble à rien de ce qui est fait en matière de Salsa aux Etats-Unis aujourd’hui. La Salsa des Etats-Unis est issue du modèle de la salsa de Porto Rico, elle-même créée à partir du Mambo, qui est lui issu du danzón cubain. En revanche, le modèle de la Salsa Cubaine a été créé à partir du « son ».

Le « son » est une musique traditionnelle existant des les années 1550, mais l’ apogée du « son » date du début du siècle
Un exemple : dans des cours de danse à Cuba, on distinguerait : Son – Salsa – Mambo. Chacune des trois danse a un style différent et des pas de base différents.

La suite de cet article concerne la danse appelée « Mambo ».

Le style Mambo a été créé à partir d’ une danse dénommée danzón.. Les Portoricains semblent également y inclure des éléments du yambú, un style de rumba. Le modèle de danza a dû incorporer des éléments du « son » dans les années 20 pour survivre. Le Mambo a été une innovation importante, car s’ est aproprié a pris le danzón de la bourgeoisie et l’a introduit les halls de danse populaires. L’ invention de la danse du  » Mambo  » est attribuée à Perez Prado qui l’a présentée au night-club  » Tropicana  » à La Havane en 1943. Elle est apparue la première fois aux Etats-Unis sur la scène de la « Plaza » à New York – un des endroits préférés des danseurs enthousiastes de Harlem. Le Mambo a gagné ses lettres de noblesse en 1947 au « Palladium ».

Une version modifiée du  » Mambo  » (la danse initiale a dû être due atténuée à cause de ses trop nombreuses acrobaties) a été ensuite présentée au public, aux studios de danse, hôtels chic, et aux night-clubs à New York et à Miami. Le succès était au rendez-vous. Les danseurs de Mambo sont bientôt devenus notoires, et ont été affectueusement appelé  » Mambonicks « . Le Mambo se limbe d’une popularité grandissante, d’ une part gràce à un certain nombre de films comportant cette danse, et d’ autre part grace à un homme nommé Eddie Torres. Eddie est un danseur professionnel de New York, et un fanatique du Mambo. Il a lancé une croisade pour s’assurer du règne du « Mambo » dans les danses sportives. Torres est devenu le principal représentant du style, établissant une solide réputation de danseur, d’ instructeur et de chorégraphe. Il est devenu notoire en tant que  » Roi de Mambo de la danse latine « . Torres est déterminé à réintroduire auprès des danseurs ce qu’il nomme le style authentique du mambo dansant, qui dans les années 90 est devenu de plus en plus connu sous le nom de Salsa.

La salsa de New York, représentée par des artistes comme Tito Nieves, Tony Vega, les frères de Ruiz, Cheo, possède un style tendant vers le Mambo, tandis que les vedettes Marc Anthony et La India vont davantage vers le style de Miami.

Tito Puente dit qu’en fait,  » La Salsa est quelque chose que vous mangez  » et que ce que les musiciens jouent est en fait le Mambo.

Même le style des enregistrements de Tito Puente des années 80 est différent du style qu’il a joué à la fin de sa vie. Ainsi où est le Mambo? En fait, Mambo et Salsa se mélangent : les meilleurs morceaux du Mambo sont arrangés en version « Salsa » (comme le fait « Sergio George » par exemple). Ceci est possible car Salsa et Mambo sont des musiques toutes deux basées sur la clave. Ainsi, Tito Puente par exemple joue le New York/Puerto Rican style Mambo (si je peut me permettre de le nommer ainsi !). Cela compte pour 50 % des ventes de disque de « salsa » Top 40 . L’autre moitié des ventes se répartit sur la Salsa Tropicale qui est basée sur la musique cubaine, mais aussi colombienne, Venezuelienne et dominicaine.

Le son de la Salsa Tropicale provient des musiques traditionnelles (Charanga, Son Montuno, Guanguaco) et aussi du Mambo. La Salsa n’ a pas été composée à partir d’ un seul rythme, mais de plusieurs.

Michel Haddad Mai 1999

Vous aimerez aussi...