Le parcours des apprentis danseurs

La danse est vraiment pour le moins un enseignement anarchique …..

Outre la pagaille des « différentes » danses (sous de mêmes noms ou l’inverse) et différentes applications (bal, sportif…) ….(voir les articles « il était une fois », « boléro,son,danzon »).
On y ajoute aussi la pagaille des niveaux…..la variété des élèves….et la variété des instructeurs…
Vous débutez … bon … tout dépend alors si vous avez déjà mis un pied devant l’autre un jour dans votre passé (danse classique …ou modern jazz …ou social …voire folklorique….)…..
Mais il faut quelque soit le cas se faire … « initier » …. histoire de se caler sur les « us et coutumes » …..
A moins que vous n’ayez avantageusement déjà mis un pied devant l’autre et ….ayez une relation (avantageusement encore) qui vous mettra au parfum, il vous faudra vous lancer dans une école d’abord pour (si vous ne l’avez pas) apprendre le BA-BA du mouvement en rythme (ça s’appelle la danse) le BA-BA du travail en couple (à savoir la coordination, c’est le principe de la danse à deux) et les « us et coutumes ».
Malheureusement l’enseignement « officiel » n’est pas forcément très homogène….avec ceux qui vont ou non aller direct à des « us et coutumes » (les pas de bases ….et chorégraphies) pas toujours très cohérentes….. avec ou sans formation très solide sur le rythme, le travail de couple ….. l’équilibre corporel….. ceux qui vont faire du social ou de l’orienté sportif ou de l’improvisation….. sans le préciser…..bon malgré tout ça certains sauront déjà ou finiront par savoir mettre un pied devant l’autre…..

Ensuite, si vous n’en n’avez pas assez (oui oui certains se contentent avec l’init…ou même sont déjà limités ou se découragent), on peut attaquer les « niveaux » au dessus.., là allez en débutant…avec comme ci dessus…suite des « us et coutumes »….mais on devrait mieux savoir mettre un pied devant l’autre (parfois grâce à l’élève lui même et/ou parfois grâce à son formateur), …, si vous saviez déjà mettre un pied devant l’autre pas de problème technique pour cette 2 eme catégorie….ou continuez avec votre copain (qui fera aussi bien qu’un « prof »).

Et si vous n’en avez pas encore assez…. attaquez le niveau moyen ….. là à moins que vous n’ayez des facultés (faux deb ou ancienne ballerine qui ont de beaux restes) il faut déjà s’y mettre ou bien avoir bien acquis les niveaux d’avant …..on peut dire que « on danse » déjà , c’est souvent le niveau d’aisance qui montre son nez. Là, le niveau « normal » corporel (à savoir 2 jambes qui suffisaient à se dépatouiller avant ) commence à s’avérer moins suffisant …. il faut quelques techniques, voire un peu (un peu) de capacité ……sans compter le travail de couple qui se complexifie, mais dans les cours « officiels » on n’y mange parfois encore que des « us et coutumes » …plus complexes ….mais parfois toujours sans vous aider sur la rythmique et le travail de couple (combien je vois de danseuses qui ne savent pas « suivre »….voire en défaut de rythme…. mais elle savent « un » enchaînement….. )

Et si vous n’en avez pas encore assez ….. le moyen 2 …. qui en rajoute une couche …..et demande déjà du travail technique, et déjà une assimilation des techniques débutantes, avoir ses 2 jambes ne suffit plus tout à fait , mais niveau parfois toujours avec certaines lacunes des cours « officiels ».

Et encore après ……l’avancé …..là…. ça peut devenir carrément physique et très technique, là les deux jambes ne suffisent vraiment plus mais avez déjà chorégraphiquement … larrrgggeeeement plus que le quidam homos vulgus, malgré que vous puissiez vous trouver parfois techniquement particulièrement petit…… mais attention, vous pouvez cependant, même avec les spectaculaires chorégraphies qu’on vous enseigne ….être toujours assez « insuffisant » en rythmique, en feeling en suivi et/ou guidage, et vous pourriez être bien surpris sur ce plan devant certains danseurs qui n’aurait pas suivi votre cursus . Ce type de niveau ne jouant plus vraiment social … on se rapproche parfois plus de la gym tonique (parfois sans en respecter les contraintes sportives de sécurité) . Et à supposer qu’on y arrive à exécuter correctement, ……pour exploiter ces capacités… c’est quasi limité au spectacle…à la rigueur compétition déjà assez élevée…. ou très très rarement en salle si on a le partenaire adéquat et la place (ça revient à du spectacle improvisé).

En résumé, la priorité semble souvent donnée un l’enseignement d’un « us et coutume » (celui de votre école) pour aller vers des spectacularités…. Au détriment du travail de l’émotion, du rythme,… de l’écoute,….de la gestion du couple (partage efficace des taches dans le couple), gestion de l’espace, voire même parfois au détriment d’un style voire d’une élégance, au détriment aussi d’une personnalité du couple, quand ce n’est pas même au détriment de techniques corporelles basiques.

MAIS…… attention ….. ce cursus « avancé » telle que explicité ci dessus ne concernerait QUE les spécialités hyper « verticales » …à savoir des niveaux de « spécialisation » pointus……..qui demande des capacités très pointues qu’un nombre limité de gens peuvent exécuter., du spectaculaire, ça tourne et ça tourne ……, pas le temps de voir les mouvements mais ça tient debout sans déséquilibre, sans chocs …… pas forcément très « émotionnel » mais impressionnant de capacité …… seulement ..il y en 1 pour 1000 (et encore) qui peut y jouer d’autant que parfois aucun travail corporel n’est préparé en dessous pour progresser dans ce sens…. dans ce type de niveau ce sont de pros de la gym dont on aurait besoin (bien rodés aux échauffements …..) pour enseigner, ou à défaut des danseurs mais pros de l’enseignement de ce type d’activité..….On devrait être particulièrement « qualifié » pour enseigner ce type très physique et pointu, quand je dis qualifié …c’est au sens « enseignement » et non « exécutant »…un champion de quelque nature que ce soit n’est pas forcément l’enseignant le plus efficace. Et notons que ce type de niveau « danse » (puisque cela s’appelle encore ainsi) ne peut plus se dispenser de « précision », de « préparation » , le social …l’improvisation …le feeling pourraient s’avérer à risque d’échec (voire dangereux) …. Ceci étant dit, bien que personnellement je ne « vibre » pas sur ces formes plus « spectaculaires » et tendrais à considérer ces formes comme un « éloignement » de la danse (au sens de ses valeurs basiques dont le feeling), j’en reconnais un mérite certain …..Après tout il existe bien une variante de rock appelée rock acrobatique mais là la différence c’est qu’on annonce la couleur et selon mon expérience on travaille en connaissance de cause dès le début avec des règles appropriées….orientées spectaculaire calculé avec….sécurité…il existe bien aussi la danse dite sportive ou une compétition ne saurait être improvisée, et les couples pas plus improvisés mais on annonce la couleur également et on travail dans ce sens dès le début.

Ces niveaux « avancés » dont je parle sont donc « au dessus du lot » mais dans une optique très « verticale » et « sportive » et avec des gens qui devraient y être aptes et/ou préparés et qu’on ne peut bien pratiquer dans une structure locale (1 pour 1000 …… de ceux qui auraient pu débuter un cursus de cours social, et qui n’ont pas été préparés à cette orientation technique).

Mais à coté on peut aussi avoir un autre type de cursus social plus « horizontal » ou les premiers niveaux seront équivalents partout et là ou un niveau dit « avancé » sera un accès à d’autres styles, voire autres danses qui devraient physiquement se limiter, en en profitant pour « perfectionner » les techniques « réalisables » par plus de gens , avec plus de classe, plus d’ouverture, plus d’émotion……..ç’est caractéristique en salon…mais ça se voit aussi en swing qui peut rester « modéré » en y intégrant tout autre type de swing, du lindy au be bop……voire en salsa qui intègre les autres salsa (très peu de formation de plus de 2/3 niv dans une salsa typée).
Et pour ceux qui vont avaler cet « avancement » horizontal, certains en seront des bons danseurs complets, cultivés, avec un bon acquis sensible et rythmique…..
Ce qui ne doit pas empêcher d’autres phénomènes qui sont aptes corporellement de quand même se spécialiser en « vertical »…pour devenir « virtuose » de leur technique…mais que ce soit fait en connaissance de cause, avec les techniques qui vont bien, le travail qui va bien …

Il ne faut donc pas confondre un niveau « avancé » vertical ……et un niveau avancé « horizontal tout comme ne pas confondre un danseur « de cœur » ( sensible, jouant l’émotion naturelle) avec un danseur très vertical ou sportif.

Ai-je dit qu’il ne fallait pas se « verticaliser très pointu» ni faire de rock acrobatique ni danse sportive ? ….
Surtout pas, je ne dirai rien de tel…… mais il faut….. le faire en connaissance de cause…., avec les moyens associés……., et utiliser ce qu’on apprend en connaissance de cause également et en contexte adapté……et ne pas en considérer que ce soit là les aboutissements sublimes de la danse occultant tout le reste, ……ni oublier que la danse peut être aussi très large ..et peut aussi simplement vous faire vibrer « dans les tripes , dans le coeur» quand on joue l’harmonie avec ses composantes et une bonne osmose entre partenaires.

Par Jean Yves Ménard. (12/2002)

Vous aimerez aussi...