Danses de Loisirs / Danses de société

Salsa et Mambo : Lire les aricles détaillés en cliquant ici

Swing : Lire les aricle détaillé en cliquant ici

Hustle : Le Hustle (Disco) est un membre de la famille Swing comme le West Coast Swing. Il se danse sur la musique Disco. Beaucoup de chorégraphies salsa trouvent leur origine dans le Hustle : le pas étant 1/cha-cha-cha à chaque fois . Une mode des années 1970 aux US. Hustle est rapide et doux en même temps avec beaucoup de pivots pour la femme.

Les claquettes : Il y a quelques siècles, les Hollandais, entre leurs digues et leurs prairies, dansaient avec leurs sabots de bois. Les Cosaques, entre la neige et la vodka, dansaient avec leurs bottes de cuir. Les Africains, entre la jungle et la terre sèche, dansaient pieds nus. Les Irlandais gigaient.
La danse à claquette telle que nous connaissons est un produit américain résultant de la rencontre de vieilles traditions. Comme la majorité des créations américaines, elle est d’ une fusion de plusieurs cultures.
L’ esprit de la gigue irlandaise associé à celui du tam-tam africain, fondu dans l’ imagination du nouveau monde, crée cette danse nouvelle qui offre, non seulement quelque chose à voir, nais aussi et surtout quelque chose à entendre.
Dans les années 1900, temps du vaudeville, la danse à claquettes résonne différemment. Des individus comme, George Primrose, un canadien d’ origine irlandaise, lui impriment un rythme nouveau et particulier, celui du »`Soft Shoe ». Ce style exploitait la résonance d’ une semelle du cuir sur une scène de bois, recouverte ou non de sable.
En 1922, un noir du nom de Bubbles crée un nouveau style de danse à claquettes qu’ il appelle le »Rythm Tap », style complexe et très syncopé dansé beaucoup plus vite. Bubbles a de plus ajouté des sons et des accents inusités, pour l’ époque, en utilisant ses talons et ses pointes de souliers, le tout en tournant et voyageant dans l’ espace scénique.La popularité grandissante des comédies musicales en 1925, a amené la fusion des styles blanc et noir. Le responsable de cette fusion est un danseur noir Buddy Bradley qui chorégraphia plusieurs des revues et des musicals dans les années 20. En 1928, Bradley œuvre un studio à Broadway et enseigne à un groupe de jeunes artistes blanc. Parmi eux se trouvaient Ruby Keeler, Adèle et Fred Astaire, Paul Draper.
Avec l’ arrivée du cinéma parlant, donc sonore, la danse à claquettes se taillait une place de choix. Le public était prêt à une nouvelle approche du film dansant. Fred Astaire en avait une, et à partir de ce temps-là l’ histoire de la danse à claquettes à l’ écran en est devenue une de personnages célèbres.

Le Boston : Mesure à trois temps. C’ est une valse lente. Elle nous vient des U.S.A. On la danse face à face par grandes enjambées, lentes et régulières.

Charleston : Cette danse qui ne manque pas de pittoresque nous est venue des U.S.A. vers l’ année 1910. C’ était l’ époque ou toutes les excentricités étaient permises. Témoins, le »Cake – Walk »qu’ il avait précédé.Seul le Charleston a survécu. Les femmes portaient des chapeaux cloches, des jupes tonneaux très courtes, de grands colliers de verroterie et avaient les cheveux plaqués avec un bel accroche-cœur sur le devant.
Cette danse a pris son essor à Harlem, ainsi que sa cousine en danse; le Black Bottom . Les danseurs Noirs étaient en pleine vogues à New- York au début du siècle par des revues soient noires, soient »mêlées ». Pour mémoire, citons »Shuffle along », »The Blackbirds », »Zieffield folies », avec les danseurs prestigieux qui avaient pour noms Eddie Rector, Bill Robinson, John Bubbles, Baby Laurence, King Brown.
Combien de pas de danses pittoresques furent-ils créés par une association qui avait pour nom »Though on Black Artists »et qui régnait sur de nombreux théâtres, à cette époque. Il n’ y a pas de danse durable sans un support musicale spécifique, Nous l’ avons déjà dit. À cette musique heurtée, va corresponde une danse épileptique et , tout compte fait, bien séduisante.
Le principe fondamental du Charleston pourrait se résumer : en bas -en haut, soit qu’ il s’ agisse du Charleston pivoté, soit du Charleston flat ou black bottom.

Twist : Son rythme frénétique a résonné dans toutes les villes du monde. C’ est une danse d’ origine américaine. Le mouvement rythmé et régulier des hanches fait sa caractéristique. Le twist se danse de front, côte à côte. Les danseurs ne se touchent jamais.

Bolero : D’ origine espagnol et petit frère de la Rumba danse sportive : il se danse sur des musiques plus lentes : très sensuel et subtil comme danse avec des lignes différentes de sa grande soeur plus célèbre la Rumba.

Merengue : Se danse sur un rhytme binaire 1-2 en position collé serré avec parfois l’ exécution de quelques chorégraphies en piétinant à son propre rythme

Salsa Paris : 07/1999

Vous aimerez aussi...